Doctorat P. Tshikendwa

Défense de thèse du Père Ghislain Tshikendwa

Tshikendwa

VOIR PHOTOS

Le Père Ghislain Tshikendwa a défendu sa thèse de doctorat en sciences sociales ce vendredi 12 décembre 2014 à 17 heures à l’Université Pontificale Grégorienne de Rome. Malgré la grève généralisée des moyens de transport à Rome, les invités du Père Ghislain ont répondu nombreux à son invitation. La salle était archicomble, certains ont dû suivre la cérémonie à partir de l’extérieur. On a failli faire une ouverture sur le toit pour faire entrer d’autres, comme lorsque Jésus enseignait à Capharnaüm. On pouvait noter, dans l’assemblée, la présence de l’ambassadeur de la RDC près de l’Etat italien, le Père Assistant pour l’Afrique, le Père Provincial qui a obtenu la permission de s’absenter de son cours de formation pour quelques heures, le Père recteur du Bellarmino, le Père Odon, OMI  et ami du Père Ghislain, venu de la Belgique, maman Monique, fidèle de la paroisse du Sacré-Cœur de Kinshasa, venue pour la circonstance, tous les compagnons ACE présents à Rome, beaucoup d’autres jésuites de l’Assistance d’Afrique et Madagascar, ainsi que d’autres amis et connaissances.

La thèse du Père Ghislain s’intitule La famille congolaise, nouvelles dynamiques et « modernité insécurisée ». Cas des enseignants du primaire de Kinshasa en RDC. Il s’agissait de démontrer que la famille congolaise, malgré la crise multiforme à laquelle elle est confrontée en milieu urbain, est un lieu de nouvelles dynamiques de solidarité, de créativité, d’inventivité et de « bricole ». Le Père Ghislain s’est appesanti sur le lien qu’il y a entre l’habitat (la maison) et la famille. On le sait, l’habitat est une équation difficile à Kinshasa, notamment pour les petites gens, en l’occurrence les enseignants du primaire. Ce travail scientifique a été réalisé sur terrain et l’étude comprenait l’observation, le choix de l’échantillon (1200 enseignants), les interviews, le dépouillement, l’interprétation des données selon les instruments utilisés dans les sciences sociales, etc. La méthodologie de cette thèse a été très bien élaborée et tous les membres du Jury l’ont reconnu à juste titre. Dans son honnêteté scientifique, le Père Ghislain n’a pas cessé de mentionner le nom du Père Léon de Saint Moulin qui l’a beaucoup aidé.

Le jury a été présidé par le Père Paul Gilbert, l’actuel Pro-Doyen de la Faculté des sciences sociales de la Grégorienne, et bien connu dans l’ACE. Le Modérateur de la thèse, retenu au nord de l’Italie, a été remplacé par le père Jelenic Josic, jésuite originaire de la Slovénie qui a vraiment fait l’avocat du diable. Le troisième membre du Jury était le père Jacquineau Azetsop, jésuite de l’AOC (PAO), arrivé à la Grégorienne il n’y a pas longtemps. Ce dernier a été collègue du Père Ghislain Tshikendwa à Canisius il y a une quinzaine d’années. On ne pouvait pas deviner qu’ils sont des amis, vue la rigueur scientifique déployée lors de cette séance ! L’ensemble de la défense a duré une heure et demie. Le Jury qui s’est retiré pendant quelques minutes est revenu avec cette bonne nouvelle : « Summa Cum Laude ». L’assemblée n’a pas été surprise car le Père Ghislain a maîtrisé son sujet et s’est exprimé avec beaucoup d’assurance. Il passait du français à l’italien sans problème. Le jury lui a suggéré quelques corrections à faire avant de publier sa thèse.

Après la défense, tous les invités ont été conviés au Bellarmino où la communauté avait apprêté un rafraîchissement. Puis le Père Ghislain s’est retiré avec un groupe restreint au restaurant, selon les usages du Bellarmino. Mais le grand groupe l’attendait dans la « salle blanche » de la communauté pour continuer les festivités à l’africaine : un repas congolais copieux, de la bonne musique et un peu de danse. C’est tard dans la nuit que chacun s’est retiré à son aise en confessant « nous avons vu des choses extraordinaires ». Quant au Provincial qui observait tous ces événements, il s’est tout simplement exclamé : « deux docteurs en deux jours, quelle grâce » !

J’espère que les compagnons photographes ne tarderont pas à faire suivre les grands moments de cette journée inoubliable !

VOIR PHOTOS

Rigobert Kyungu, sj

Diocèse d'Idiofa3721, Avenue St.ChristopheB.P.8251 Kinshasa I,  Rep.Dém.du Congo