Idiofa en agitation le 20 déc 2016

LE 20 DECEMBRE : UNE JOURNEE AGITEE A IDIOFA

Unnamed 1

La date du 19 décembre 2016 (fin du mandat constitutionnel du président de la République) a fait l'objet de beaucoup de spéculations dans l'ensemble de RD Congo. Les populations s'y approchaient avec peur et incertitude. A Idiofa, tout semblait normal juqu'aux heures du soir où la mort brutale d'un jeune a provoqué une grande agitation dans toute la cité. 

Le récit:

Selon la Police, Mr Djomali est débiteur de Mr Embam de 1000 Fc (moins d'un dollar américain). Celui-ci trouve Mr Djomali dans un "malewa" en train de manger et invite la police à le mettre aux arrêts à cause de cette dette. La police traine le jeune Djomali au commicariat pour traiter de cette fameuse dette. C'est ici que Djomali commence à vomir et la Police conseil au plaignant de commencer par soigner son débiteur avant qu'il ne soit écouté. Peu après, Djomali meurt devant le commissariat (ex gendarmerie) d'Idiofa.

Cette version officielle (de la police) contraste avec le récit des jeunes. Pour ceux-ci, Djomali a été tabassé par des policiers et est mort de suite des coups et blessures. 

Djomali avait effectivement une dette de 1000 Fc de Mr Embam (1000Fc comme frais de location d'une sorte de bêche servant à creuser les trous de toilette). C'est la brutalité des hommes en uniforme, selon le récit des jeunes, qui a causé la mort du jeune homme. Djomali aurait reçu un coup fatal au bas-ventre.

La réaction des jeunes ne s'esta pas fait attendre à l'annonce de cette nouvelle dramatique. Indignation, colère et agitation s'en sont suivies. La chasse aux policiers est déclenchée! Le burea de la cité est mis à sac.  Ils prennent le cadavre et le dépose au Commicariat de la Police, se dirigent vers le Territoire pour manifester leur mécontentement. Et ainsi commencent l'adversité entre la police et les jeunes. 
Ces manifestations se sont pouruivies le 20 décembre. Par hostilité à tout ce qui indiquait le pouvoir étatique, le bureau de la coordination catholique a été la cible des pierres pour le simple fait que le drapeau y était hissé. De même le lycée Lakulanza. Un débordement du mouvement a occasionné le vol de quelques matériels dans la maison de passage des Soeurs de Maria au Kwango... La ville était morte. Seuls les jeunes remplissaient les rues avec le cadavre de Djomali à la recherche de la Police pour venger leur ami.   

L'intervention du diocèse qui a organisé l'enterrement de Djomali a pu calmer la tension et une paix relative est revenue, en attendant que les responsables de cette mort brutale soient poursuivis. 
Paix à l'âme de Djomali et dans toute la cité d'Idiofa!

VOIR LES PHOTOS

Idiofa, ce 20.12.2016

Abbé Héritier Baya.

Diocèse d'Idiofa3721, Avenue St.ChristopheB.P.8251 Kinshasa I,  Rep.Dém.du Congo