Special CENCO: Echo du Dialogue politique

Note de la rédaction :

Nous recevons et nous publions.

Etant donné que le site de la Conférence Episcopale Nationale Congolaise (CENCO) n’est pas accessible, nous nous faisons le devoir  de rendre compte, par un canal ecclésial, du déroulement des assises politiques sous la médiation des Evêques.

Ces messages officiels nous arrivent par le canal du reseau des communicateurs des diocèses de la RD Congo (Cecoscenco).


Les évêques ont rencontré les délégués du Rassemblement et de la Majorité présidentielle  (16.02.2017)

Les évêques ont rencontré tour à tour les délégués de la Majorité et ceux du Rassemblement ce 16 février 2017 au Centre interdiocésain pour discuter des aspects de l’Accord qui continuent à poser problème. Au menu des discussions, il y a eu la question du Premier ministre et le remplacement de M. Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 à Bruxelles, au poste de Président du Conseil de Suivi de l’Accord (CNSA).


Arrangement particulier : la journée du 27-28 janvier 2017

Deux plénières étaient prévues dans l’après midi de vendredi 27 janvier ; la petite plénière constituée du nombre réduit des délégués devait se réunir à 14h et la grande plénière à 16h. Les deux plénières ont eu lieu comme prévu, même si l’heure du début était décalée.

La plénière de 14h n’a pu commencer qu’autour de 17h 30. Les délégués ont écouté le rapport de la commission constituée de la Majorité présidentielle et du Rassemblement qui ont tous demandé du temps supplémentaire pour aller au bout de leur discussion concernant le mode de désignation du premier ministre et le chronogramme. Lors de cette plénière, la question qui a occupé les délégués c’est celle relative aux ministères de souveraineté qui sont des domaines de collaboration entre le chef de l’Etat et le premier ministre. Pour certains, ces ministères faisaient partie des 53 ministères arrêtés, alors que pour d’autres, ils sont en dehors de ces ministères. Il faut dire que le nombre des ministères ne changera pas.

Avant la plénière de tous les délégués, Leurs excellences messieurs  les ministres Jean-Lucien BUSA, José Makila et Azarias Ruberwa ont procédé à la signature de l’Accord du 31 décembre 2016.

Toute la nuit, les délégués on lu et amendé le texte qui fera l’objet de la signature ce samedi à 21 h. Cette séance sera précédé d’une plénière a 19h.

Jean-Marie BOMENGOLA


Arrangement particulier : jeudi le 26 janvier 2017

Dans la plénière de ce jeudi 26 janvier 2017 les délégués ont revu la taille du gouvernement à la hausse ; il passe de 46 à 53. Ils ont augmenté 5 ministères et 2 vice-ministres.

La composition du gouvernement est acté par toutes les composantes : MP 18 ministres et 3 vice-ministres ; Rassemblement 13 ministres et 3 vice-ministres ; opposition signataire 8 ministres et 3 vice-ministres ; opposition républicaine 2 ministres et 1 vice-ministre ; société civile 2 ministres.

Au total 10 vice-ministres et 43 ministres. Les composantes sont toutes d’accord sur cette proposition.

La question relative au mode de désignation du premier ministre sera traitée d’abord en commission entre la MP et le Rassemblement. Il est aussi confié à cette commission les questions non encore évacuées concernant le chronogramme (V-VIII).

S’agissant du CNSA, les délégués ont analysé une note technique venant du Front dans laquelle il soulève la question de la hiérarchie au sein du CNSA. Pour les délégués, certaines questions relèvent du règlement intérieur. En l’absence du président, le bureau se réunit sous la responsabilité du doyen d’âge parmi les vice-présidents.

A titre de rappel, les 3 vice-présidences sont reparties de la manière suivante : la MP s’occupera de la Relation avec les institutions ; le Front du Processus électoral ; l’opposition signataire de la Mise en œuvre de l’Accord.

Ce vendredi 27 janvier 2017 la plénière est prévue à 14h et la grande plénière à 16h.

Jean-Marie BOMENGOLA


Arrangement particulier : mercredi 25 janvier 2017

La plénière de ce mercredi devait se pencher exclusivement sur la question de la gouvernance : le mode de désignation du premier ministre et le partage des responsabilités au niveau du gouvernement. Les délégués devaient également traiter de l’intituler des ministères.
Les chefs des délégations ont tour à tour exposé leurs propositions relatives à la représentation  des partis politiques au gouvernement de transition.

La séance a été suspendue quelques minutes pour permettre à l’opposition signataire d’harmoniser sa proposition avant de la porter à la plénière.

Les membres de l’opposition signataire qui sont au gouvernement ont promis de signer prochainement l’Accord du 31 décembre 2016.

La matinée de ce jeudi 26 janvier 2017 sera consacré aux contacts entre composantes. A 14h, les chefs des délégations se retrouveront avec les évêques et à 16h ce sera la plénière sur la répartition des responsabilités, la question du premier ministre, ainsi que le chronogramme, notamment les chapitres 5 à 8. Les délégués pourront également aborder la question relative au fonctionnement interne des trois vice-présidents au sein du CNSA.


Arrangement particulier : la journée de mardi 24 janvier 2017

La plénière de ce jour devait traiter la question de la gouvernance ; malheureusement la commission n’est pas prête puisque les contacts entre les composantes politiques ne sont pas terminés. On note la présence des membres de l’opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 et qui n’ont pas signé l’Accord du 31 décembre 2016 ; il s’agit de SEM José Makila, vice-premier ministre et ministre des transports, SEM Jean-Lucien Bussa, ministre d’Etat et ministre du plan, SEM Azarias Ruberwa, ministre d’Etat chargé de la décentralisation.

Les évêques se sont retirés un moment pour voir comment envisager la suite. Deux constats se dégagent selon le président de séance : 1) il n’y a pas de volonté réelle de s’attaquer aux problèmes et d’aller vite ; 2) dans ce contexte, le présidium propose un calendrier pour la suite des travaux.

Les congolais souhaitent qu’on en termine vite et l’Eglise ne souhaite pas être discréditée vis-à-vis de la population, a déclaré le vice-président de la CENCO, SE Mgr Fridolin Ambongo.

Parmi les propositions avancées, l’on retiendra que ce mercredi 25 janvier 2016, les échanges bilatéraux vont se poursuivre le matin. A 16heures, plénière sur la gouvernance. Jeudi 26 janvier est réservé à la question du chronogramme ; les délégués se pencheront sur les questions non encore abordées. Vendredi 27 janvier la grande plénière sous format 16/16 pour l’adoption du compromis. Samedi 28 janvier signature de l’arrangement particulier.

Jean-Marie BOMENGOLA


Arrangement particulier : Plénière du 23 janvier 2017

La question du CNSA est résolue ; il n’y aura pas d’hiérarchisation des vice-présidents ; ils appartiendront tous au présidium, chacun ayant une attribution bien précise par rapport aux trois secteurs ci-après : processus électoral, application de l’accord, relation avec les institutions.

S’agissant de la clé de répartition des responsabilités, le consensus suivant est dégagé :  9 postes reviennent à la MP, 6 au Rassemblement, 4 au Front, 4 à l’Opposition signataire, 3 à la société civile signataire et non signataire, 2 à l’Opposition républicaine.

 Demain mardi 24 janvier 2017, les délégués vont se pencher sur la question du gouvernement.

La plénière est fixée à 15h.

Jean-Marie BOMENGOLA


Arrangement particulier : plénière de ce dimanche 22 janvier 2017

La séance de ce dimanche a consisté à l’audition des rapports des commissions sur le CNSA et sur le Gouvernement.

La commission sur le CNSA a demandé une heure pour que les membres se concertent avant de présenter le rapport à la plénière. La commission sur le gouvernement n’a pas encore finalisé son rapport.

Les délégués ont pu échanger sur le chronogramme des activités. L’adoption de l’arrangement particulier devrait intervenir au plus tard le 28 janvier 2017.

La prochaine séance est prévue le 23 janvier 2017 à 16h.


La plénière de mercredi 18 janvier 2017 (suite)

L’après midi, les délégués ont parcouru le texte de la sous-commission sur le CNSA, ainsi que les propositions de répartition.

La présidence du CNSA revenant d’office au Rassemblement, les trois vice-présidences seraient attribuées à la Majorité présidentielle, l’Opposition politique et le Front pour le respect de la Constitution.

Certains souhaitent qu’en cas d’empêchement du président, l’intérim soit assuré de manière rotative.

La CENCO aurait pour mission d’accompagner les membres du CNSA ; elle jouerait le rôle de facilitation.

A la fin de la réunion, le président de la CENCO a donné quelques informations par rapport aux mesures de décrispation. S’agissant des médias, certains ont entrepris des démarches auprès du Ministre des médias et ont obtenu la réouverture de leurs médias. Il est demandé à ceux qui sont dans la même situation d’écrire au Ministre.

Pour le cas des prisonniers politiques ou d’opinion, M. Roger Lumbala est de retour en RD Congo depuis le dimanche 15 janvier 2017.  Les délégués souhaitent l’accélération de la procédure en insistant sur le cas des personnes qui sont à l’ANR et à la DEMIAP. Le ministre de la justice travaille avec la présidence pour le cas des personnes qui devraient bénéficier de la grâce présidentielle.

Le cas de Moïse Katumbi et Eugène Diomi Ndongala, la CENCO va constituer une commission des juristes pour l’éclairer dans la démarche qu’elle devrait entreprendre.

La situation des jeunes des mouvements citoyens, ainsi que de certains acteurs politiques arrêtés à Kinshasa, Goma, Mbuji Mayi, etc. a été également évoquée.

Jean-Marie BOMENGOLA


Arrangement particulier : échange sur la formation d’un gouvernement de transition

La séance de ce vendredi 13 janvier 2017 a débuté à 14h 05’ au lieu de 13h comme initialement prévu. Chaque composante a présenté les clés de répartition des ministères. Les propositions seront débattues demain samedi 14 janvier après que le secrétariat technique ait fait la compilation de toutes les propositions sur un  tableau synoptique. 

Le président de la médiation, SE Mgr Marcel Utembi a informé les délégués des démarches entreprises auprès de ceux qui n’ont pas encore signé l’Accord. La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a déjà rencontré les membres du Front pour le respect de la constitution qui ont accepté de signer l’Accord et qui participent aux débats politiques sur l’arrangement particulier. Les évêques ont également rencontré à trois reprises les membres de l’opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 ; il s’agit de messieurs  Azarias Ruberwa, José Makila et Jean-Lucien Busa. Ils ont promis de déposer leurs propositions relatives à l’arrangement particulier.

Un membre de l’assemblée a demandé si on pouvait figurer à l’ordre  du jour l’évaluation de la mise en œuvre de la mesure de décrispation. Un autre a souligné que certaines mesures avaient été adoptées dans un chronogramme précis ; il s’agit notamment du cas des médias dont les cas devaient être traités au plus tard quinze jours après la signature de l’Accord et d’autres aspects de la décrispation ; selon lui l’assemblée devait s’y pencher.

Dans la soirée, les délégués étudient les propositions des uns et des autres sur le Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) par rapport au profil des membres et leur répartition au sein de cet organe d’appui à la démocratie. .

Jean-Marie BOMENGOLA


Les discussions sur l’arrangement particulier continuent  au Centre interdiocésain (ce 12.01.2017)

Deuxième jour des travaux autour des aspects qui font partie des discussions sur l’arrangement particulier entre les délégués au dialogue inclusif sous les auspices de la CENCO. Aujourd’hui, ils ont abordé la première thématique se rapportant au gouvernement. Trois points ont été abordés à savoir : le mode de désignation du premier ministre, son profil, ainsi que le format du gouvernement.

S’agissant du mode de désignation du premier ministre, tous les délégués sont d’accord pour que le premier ministre soit issu du Rassemble. Mais comment se fera sa désignation si l’on veut préserver le pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat ? Pour les uns, le Rassemblement propose quelques noms qui vont être soumis au Chef de l’Etat et c’est à lui de choisir qui peut être premier ministre. Pour les autres, un seul nom sera présenté au Chef de l’Etat par l’intermédiaire de la CENCO pour nomination par le président de la République ; au cas où la personne désignée ne répond au profil, un autre nom peut être proposé via la CENCO ( les discussions continuent).

Concernant le profil du premier ministre, les délégués ont convenu de considérer ce qui est dit dans la constitution et les lois du pays en y ajoutant quelques qualités nécessaires proposées par les délégués.

Les participants aux discussions du Centre interdiocésain sont d’accord pour que le gouvernement à constituer tienne compte de la rationalité économique et l’inclusivité.

Deux commissions sont mises sur pied pour faire des propositions sur le mode de désignation du premier ministre, ainsi que la nomenclature des ministères.

Deux autres thématiques se rapportant notamment au Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) et au chronogramme de la mise en œuvre ne sont pas encore abordés.

Cet après midi les travaux en plénière reprennent à 17h.

Jean-Marie BOMENGOLA


Le conseil de sécurité s’est entretenu par vidéoconférence avec la CENCO

Le Président de la CENCO, SE Mgr Marcel UTEMBI a été invité ce mercredi 11 janvier 2017 par le Conseil de Sécurité réuni lors de sa réunion statutaire pour parler de l’Accord global et inclusif du Centre Interdiocésain. Les membres du Conseil de Sécurité veulent savoir comment les choses évoluent après la signature de l’Accord du 31 décembre 2016.

Le président de la CENCO en a profité pour demander au Conseil de Sécurité de soutenir la RD Congo dans la mise en application de l’Accord, en soutenant la RD Congo dans l’organisation des élections, en mettant à la disposition de la CENI les moyens logistiques et financiers nécessaires.

M. Hervé Ladsous, le secrétaire général adjoint de l’ONU s’est félicité de la signature de l’Accord sous les auspices de la CENCO ; selon lui, la signature est intervenue à un moment de tension en RD Congo et a contribué à décrisper la situation qui allait exploser. Cet Accord ouvre une nouvelle ère a-t-il dit. Il déplore la non signature de l’Accord par certains délégués qui ont promis de le faire incessamment. Il salue l’engagement et les efforts de la CENCO.

Le Conseil de Sécurité promet de faire le maximum pour que le processus ne connaisse pas de retard.

Jean-Marie BOMENGOLA


Les évêques ont été reçus par le premier ministre

Le premier ministre samy Badibanga, accompagné des ministres Jean-Lucien Busa, Azarias Ruberwa et José Makila  ont reçu, en début d’après midi, une délégation des évêques composée de SE Mgr Fridolin Ambongo et de SE Mgr Nicolas Djomo, respectivement Archevêque de Mbandaka-Bikoro et vice-président de la CENCO pendant deux heures à la primature pour échanger sur l’Accord du 31 décembre 2016. A l’issue de cette rencontre, monsieur l’Abbé André Masinganda, 2ème Secrétaire Général de la CENCO a déclaré que le premier ministre s’est montré ouvert.

Au registre des signatures, la CENCO continue d’attendre Madame Eve Bazaiba qui s’est prononcée pour signer l’Accord.

Abbé Jean-Marie BOMENGOLA

Cecoscenco


LA CENCO APPELLE TOUS LES GROUPES CONCERNES A SIGNER L’ACCORD

Les évêques de la CENCO ont rencontré le Président de la République ce mercredi 04 janvier 2017 pour lui remettre l’Accord.  Celui-ci les a encouragés et leur a demandé de poursuivre les contacts afin de faire signer l’Accord à tous les concernés. Ce matin, ils ont rencontré Madame Eve Bazaiba et les membres du Front pour le respect de la constitution qui leur ont promis de signer le texte. La rencontre avec le Premier ministre et les membres du gouvernement qui n’ont pas encore signé l’Accord pourrait avoir lieu aujourd’hui.

Cenco, ce 05.01.2017


Nouvelles de ce 05.01.2017

Les évêques de la CENCO ont été reçus hier par le Président de la République. Ils lui ont présenté  officiellement le document de l'Accord. Le nouveau chantier va consister à appliquer l'Accord.


Dialogue national inclusif

Communiqué de presse n°001/2017

du 03.01.2017

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) continue de recevoir les acteurs politiques pour la signature de l’Accord du dialogue inclusif.  Aujourd’hui, mardi 03 janvier 2017, Son Excellence Monsieur Steve MBIKAYI, Ministre de l’ESU a signé l’Accord au Centre Interdiocésain en présence de Monsieur l’Abbé Donatien NSHOLE, Secrétaire Général ai de la CENCO. Les autres se sont annoncés pour le faire dans les jours à venir.

Concernant les arrangements particuliers, chaque composante travaille de son côté pour faire des propositions sur le chronogramme, la nomination du premier Ministre, son profil, son mode de désignation, la taille du gouvernement, ainsi que la composition du Conseil National de Suivi de l’Accord.

 

Abbé Jean-Marie BOMENGOLA

Secrétaire de la Commission

Episcopale des Communications Sociales


Dialogue inclusif : signature de l’accord ce samedi 31 décembre2016

L’accord issu du dialogue inclusif organisé sous la médiation de la CENCO sera signé ce samedi 31 décembre 2016.

Les participants se sont accordés sur les points essentiels du dialogue : la compréhension du concept respect de la constitution, les institutions et leur fonctionnement pendant la période préélectorale et électorale, le processus électoral, la décrispation, ainsi que le mécanisme de suivi.

L’actuel président d e la République reste en place pendant la période préélectorale et électorale. Les institutions à mandat électif restent en fonction jusqu’à l’organisation des nouvelles élections (parlement, sénat, etc.) ; la primature est confiée au Rassemblement ; le gouvernement sera constitué des membres de la Majorité, de l’Opposition plurielle et de la Société civile.

Quant au processus électoral, fin 2017 : élections présidentielle, législatives nationales et provinciales.

S’agissant des mesures de décrispation, une commission des hauts magistrats a été constituée pour examiner les cas des prisonniers d’opinion, des exilés, des médias des leaders de l’opposition qui sont fermés.

Sept cas emblématiques des prisonniers ont été présentés dont quatre ont trouvé des solutions et trois sont en étude. Deux autres cas emblématiques ont été également avancés. Une liste des prisonniers a été présentée parmi lesquels vingt ont trouvé une solution. Il y a onze cas des prisonniers dont les dossiers pourront être soumis au Président de la République en vue d’une grâce présidentielle.

Enfin, concernant le mécanisme de suivi, il est institué un Conseil national pour le suivi de l’accord : une institution d’appui à la démocratie.


Ce 30.12.2016, fin de bons offices de la Cenco

Le dialogue inclusif est dans sa dernière phase. Aujourd'hui les représentants des deux camps doivent se retrouver 
ce matin au Centre Interdiocésain pour continuer les discussions. Il est prévu une plénière à 14h. Si tout va bien 
l'accord pourrait être signé cet après midi ou demain matin. La CENCO pourrait officiellement mettre fin à sa mission de 
bons offices auprès des hommes politiques après la signature ou pas de l'accord.
Hier, les évêques ont reçu les représentants de la Majorité et de l'Opposition, notamment les membres du Rassemblement.


Reprise des négociations au Centre Interdiocésain

Dans la plénière de ce mercredi 21 décembre 2016, les évêques ont fait un rapport succès de leur visite à Rome, le lundi 19 décembre dernier aux participants. Ils ont déploré la mort de nos compatriotes, quelques dizaines de personnes, lors des derniers événements du 19 et du 20 décembre 2016.

Les négociations vont se poursuivre en petit groupe composé de cinq délégués ayant participé au dialogue de la Cité de l’Union Africaine (UA) et de cinq délégués issus de la composante politique qui n’avait pas pris part au dialogue de la cité de l’UA. Mercredi soir et jeudi matin, ils vont se pencher sur les questions liées au respect de la constitution, aux institutions de la République et leurs animateurs, au calendrier électoral, à la CENI, ainsi qu’à la décrispation politique.


Négociations politiques

Communiqué de presse de la CENCO n°2/2016

Suspendues le vendredi 9 décembre pour une urgence pastorale, les assises sur les échanges directs entre les délégués des partis politiques et ceux de la société civile signataires de l’Accord politique issu du dialogue national d’une part, et ceux des partis politiques et de la société civile non-signataires de cet accord d’autre part, ont repris ce mardi 13 décembre 2016 au Centre Interdiocésain.

Tous les participants ont quasiment répondu au rendez-vous, hormis les délégués du Front pour le respect de la constitution. La presse dans sa diversité est venue nombreuse pour couvrir les activités de la journée. Les travaux ont porté sur six points :

  1. Le rappel des acquis des travaux précédents, notamment la validation partielle des mandats des délégués, l’adoption de la feuille de route et du code de bonne conduite, la mise sur pied d’une cellule de communication, création d’une tribune de communication à la RTNC qui se tiendra après le journal télévisé de 20 heures.
  2. La validation définitive des mandats des délégués qui se présente de la manière suivante :

1° délégués signataires de l’Accord politique : 16, dont 6 de la Majorité présidentielle, 6 de l’opposition politique, 1 de l’opposition républicaine et 3 de la société civile.

2° délégués non-signataires de l’Accord politique : 16, dont 11 du Rassemblement, 3 du Front pour le respect de la Constitution et 2 de la Société civile.

  1. Communication : la presse sera tenue à l’écart pendant les travaux, mais prendra des images au début des travaux en plénière comme en commissions. Un point de presse sera organisé chaque jour à la fin des travaux.
  2. La répartition des délégués en trois commissions :

1° Gouvernance des institutions ;

2° Processus électoral ;

3° Mesures de décrispation.

  1. Les travaux en commissions : en dépit du retard pris pendant la journée, les travaux ont effectivement démarré dans la soirée.
  2. Les experts : il a été convenu que les experts ne participeront pas aux travaux, mais qu’ils interviendront, s’il en est besoin, pour éclairer des points précis. C’est le cas de la Céni qui interviendra dans le cadre du processus électoral.

Au terme de cette journée, il faut noter la volonté des uns et des autres de poursuivre les travaux et de parvenir au large consensus en vue d’une sortie pacifique de la crise socio-politique et de l’organisation des élections dans un meilleur délai.

Kinshasa, le 13 décembre 2016

Pour la CENCO : M. l’Abbé Donatien NSHOLE, 1er Secrétaire Général Adjoint de la CENCO ;

Pour les délégués signataires de l’Accord politique : Son Exc. Lambert MENDE OMALANGA

Pour les délégués non- signataires de l’Accord politique : M. Jean-Pierre LISANGA BONGANGA.

Diocèse d'Idiofa3721, Avenue St.ChristopheB.P.8251 Kinshasa I,  Rep.Dém.du Congo