Mgr Moko à St.Felix/Kinshasa

La première Messe de Mgr Moko à Saint Félix/Mombele à Kinshasa

La paroisse St Félix de Mumbele- Limete a vibré de joie le dimanche 17 Janvier 2010 à la messe d'action de grâce qu'a célébré, à la grande satisfaction de tous, Son Excellence Mgr José MOKO, Evêque d'Idiofa. C'est depuis la nomination de ce dernier que les fidèles catholiques de cette paroisse attendaient cette célébration eucharistique pour rendre grâce à Dieu qui a élevé leur fils et frère à la charge et dignité épiscopale.


                    Les invités venus de tous les coins de la capitale congolaise pour partager la joie avec les fidèles de St Félix n'ont pas manqué de manifester leur grande satisfaction quant à la réussite de la fête. Tout le dcor festif était planté de manière impécable: La messe  (commencée à 9h00), l'animation du groupe Vocal VUKISA , la saynète de la Légion de Marie, le coktail, la musique, l'animation du groupe Vocal Ngayime (avec les majorettes qui exhibaient les pas de danse très sensationnels ne pouvant retenir l'émotion de la foule). 


                        C'est au son de 9h00 qu'une longue messe au rite congolais ouvrait la longue série d'événments prévus pour ces festivités. 
A la monition du début de la messe, l'Eveque a rappelé avec joie, les yeux fixés à la porte d'entrée de l'église, sa familliarité avec ses  frères et soeurs de Mumbele où il a grandi, mais aussi et surtout sa familiarité avec son église qui le recevait comme Evêque. Pointant du doigt la porte d'entrée de l'église, Mgr José a souligné que c'est par cette porte qu'il entrait dans l'église comme servant de messe, Acolyte, Encadreur des Bilenge ya mwinda, puis comme Grand Séminariste. Et c'est encore par la même porte qu'il était entré pour célébrer sa première messe après son ordination sacerdotale. L'avant dernière fois, comme Marie vers sa cousine Elisabeth, il s' est empressé, toujours en entrant par la même porte sacrée, pour annoncer aux siens la grâce  dont il a bénéficié de la part de Dieu qui l'élevait à la plénitude du sacerdoce. 


                      Dans son homélie, l'Evêque a souligné d'abord la coïncidence heureuse qu'il a appelée lui-même "Miracle de Marie" entre l'Evangile du jour et la dévise de son épiscopat (" Faites tout ce qu'il vous dira"= "Quodcumque dixerit vobis, facite Jn 2,5" ). Car il avait choisi la date sans avoir lu les textes de ce dimanche-là. Quelle heureuse coïncidence ! "Quel miracle pour cette Mère qui aime tant ceux et celles qui font la volonté de son Fils", s'est-il exclamé. 


                       Sous les grands applaudissements des fidèles de Mumbele en liesse, Monseigneur s'est apaisanti sur deux points essentiels: Comme Marie,les chrétiens, les prêtres, les évêques... sont tous élus de Dieu. En effet l'élu, pour Dieu, n'est pas choisi pour soi-même, ni pour ses propres intérêts d'abord et de sa famille ou de sa tribut. L'élu bénéficie de la grâce de Dieu pour le bien des autres qui sont dans le besoin. Il reçoit la grâce de Dieu comme une grosse pierre qui tombe dans l'eau et la repend dans divers directions. L'élu doit avoir les yeux, les oreilles, les mains... ouverts, toujours attentifs et pret à aider comme Marie aux noces de Canaan. C'était là le premier point.


                   Dans un second point, l'Evêque s'est attelé à commenter sa dévise, le "Quodcumque dixerit vobis, facite" de Marie. "C'est de cette invitation à l'obéir que dependra la réussite de mon apostolat à Idiofa et surtout du rayonnement du diocèse d'Idiofa", a souligné Mgr Moko, avant de poursuvre: "Tout est possible quand on fait ce que Dieu demande de faire par l'Evêque... Le miracle est possible à celui qui exécute, comme les servants aux noces de Cannan, les ordres de Dieu". Si le " Faites ce qu'il vous dira " de Marie a changé merveilleusement l'eau en vin à Canaan, il peut encore tout nous donner et tout changer dans notre vie.
Monseigneur José a déploré les pratiques odieuses dites "Kuluna"(Violences et vandalismes de certains jeunes kinois) qui deshumanisent. Il a rappelé qu'à son temps, il y avait toute sorte de mouvements déroutants. Dans ces tumultes de la jeunesse, il a réussi à faire un choix judicieux. Il disait encore qu'il ne peut aider que les jeunes qui luttent à l'école  pour gagner leur vie.


                        La messe s'est cloturéé par les remerciements et les discours de différentes couches de la paroisse Saint Félix.
                       Après la messe, les invités sont passés à la réception dans l'enceinte de la paroisse.
Disons-le, la joie des invités a été au comble quand la chorale Vukisa est monté au podium. Avec "Muntu kifwanisu ya Nzambi", "Inki ya mono ta pesa na Nzambi" et autres chants d'Idiofa, c'est toute la foule, même l'Evêque, qui s'est lévée pour chanter et danser pour la gloire de Dieu.


J'entendais alors un prêtre de l'archidiocèse, content de son confrère devenu évêque, mujotter :" ah moninga, ah moninga ya José na biso ake na Idiofa". Et un autre d'ajouter avec joie :"attendez-nous à Idiofa pour les vacances".

 

Abbé Papy Kayoko  

Diocèse d'Idiofa3721, Avenue St.ChristopheB.P.8251 Kinshasa I,  Rep.Dém.du Congo